Magasin-école

magasin-imgDepuis plusieurs années, La Friperie Coderr, entreprise d’insertion sociale et professionnelle, a pour mission d’aider des personnes en situation d’exclusion du marché de l’emploi, prestataires de l’aide sociale ou sans revenu. La Friperie travaille de concert avec Emploi Québec et la Commission Scolaire afin de permettre à certaines personnes éloignées du marché du travail d’améliorer leur employabilité. Un retour aux études ou une intégration en emploi sont les objectifs principaux.

Grâce à des stages de six mois sur le plateau de travail de La Friperie, l’entreprise propose une réelle expérience de travail avec rémunération. Des plans de formation et d’intervention permettent à la personne, non seulement d’améliorer ses compétences en employabilité, mais aussi de cheminer dans plusieurs sphères de sa vie. L’éducation concernant le budget, la gestion du temps, les saines habitudes de vie et ainsi de suite, font donc partie de la démarche du participant lors de son stage.

Pendant ce passage, les participants peuvent accéder à un diplôme semi-spécialisé comme préposé aux marchandises. En effet, un total d’heures travaillées sur le plateau ajoutées à une formation dispensée par la Commission Scolaire, permet à des personnes, souvent peu scolarisées, d’obtenir un diplôme.

Pour participer

Le candidat doit se présenter à La Friperie pour rencontrer un intervenant afin de répondre à un questionnaire de présélection. Cette cueillette de données déterminera si le candidat est admissible au programme d’intégration à l’emploi. Si la personne correspond aux critères d’admissibilités, une fiche de dépistage est remplie par l’intervenant et remise à la personne responsable chez Emploi Québec qui autorisera ou non sa participation au stage de six mois.

S’il le désire, le candidat peut rencontrer directement un agent chez Emploi Québec afin de déterminer son admissibilité au stage. Si l’agent d’Emploi Québec autorise sa participation, il dirige le candidat vers La Friperie afin que celui-ci soit informé de toutes les modalités avant le début de son stage.

Critères d’amissibilités

Les clientèles de tous statuts sont admissibles, cependant, les prestataires de l’aide financière de dernier recours ainsi que ceux de l’assurance-emploi seront priorisés par rapport aux personnes sans soutien public du revenu. Les personnes éloignées du marché du travail ou en situation d’exclusion auront préséance sur les autres groupes.

Témoignages

Bonjour,

Je me présente Guylaine

Début 2010, je suis allée suivre un cours appelé S.I.S ( Service Intégration socioprofessionnelle) pour me permettre d’intégrer le marché du travail. Mon défi était énorme étant donné que j’ai toujours été dévouée à ma famille de 3 enfants (dont l’un est dysphasique) et que je n’ai aucune expérience en milieu de travail. De plus, j’ai quitté les bancs d’école très jeune.

Fin 2010, je débutais un stage à la Friperie Coderr, boul. St-Jude. Ici, j’ai beaucoup appris, mais depuis, j’ai aussi mis au service des autres mes expériences personnelles ainsi que mon sens de l’organisation. En fait, un échange d’expérience et de compétences a été mis au profit de tous et chacun.

Depuis, je suis à l’emploi du Groupe Coderr. Je ne regrette aucunement mon virage de vie, à 47 ans, je suis heureuse aujourd’hui dans ce que je fais. J’ai une vie sociale agréable, mais surtout, ce dont je suis le plus fière, c’est d’avoir cru en moi !

Merci au groupe Coderr de me donner ma chance et de me faire confiance.

Coderr témoignage

Mon nom est Léa, j’ai 21 ans.

J’ai terminé mon secondaire 5 aux adultes en 2010. J’étais alors enceinte de 4 mois. Par la suite, j’ai dû m’occuper de mon fils à temps plein pendant une année complète. Il était donc difficile pour moi de revenir au travail suite à mon congé. En effet, je devais m’outiller afin de faire face au marché de l’emploi.

Je suis allée voir au Carrefour Jeunesse Emploi pour obtenir du soutien dans ma recherche. L’intervenante, Stéphanie Gauthier, a eu l’idée géniale de me référer au parcours de la Friperie. Je suis donc venue rencontrer une intervenante du nom de Karine Aubé. Grâce à Emploi-Québec, j’ai été acceptée et j’ai pu faire partie de la cohorte K… une très belle cohorte en passant….

Cela m’a permis de me développer au niveau social et personnel. J’ai rencontré des personnes incroyables. Grâce à la formation de la Commission scolaire et à l’enseignant Jacques Bovin, j’ai pu activer ma recherche pour un travail.

Lorsque j’ai débuté mon expérience de travail à la Friperie, je ne savais pas à quoi m’attendre, mais je me suis adapté vite et facilement. L’équipe d’intervenants m’a appris les tâches à accomplir et j’ai pu me débrouiller et m’acclimater à mon nouveau lieu de travail. La formation aurait pu être plus longue, mais les intervenants sont toujours présents Pour répondre à nos questions adéquatement. Je me suis senti entouré et bien dirigé.

Mon travail à la Friperie est valorisant et stimulant. Je trouve les gens très sympathiques. Je sens que les intervenants veulent inculquer aux travailleurs, une bonne éthique de travail. Jusqu’à maintenant, je suis très satisfait d’avoir fait une démarche pour travailler à la Friperie.

Sébastien

Coderr témoignage

Lors de ma période d’emploi à la Friperie Coderr de décembre 2013 à août 2014.

J’aimerais remercier tout particulièrement Karine Aubé, responsable des Ressources Humaines, pour son soutien et ses encouragements lors de mon emploi et même après lorsque j’ai eu besoin de son aide (taxi). Aussi, à Jacques Boivin, pour avoir insisté et encouragé à expédier des C.V. Il me disait souvent : « Je prie pour toi Esther. » Aussi à Meggy Maltais, la première rencontre avec la Friperie et avec qui j’ai participé à la cuisine collective : « J’ai bien aimé ».Durant cette période d’emploi, on m’a donné des cours : comment gérer les dépenses, à faire un C.V., à mettre la gêne de côté (je dînais dans ma voiture). J’ai appris à mieux communiquer avec mon patron et mes collègues. À m’intégrer à une équipe de travail, à trouver le travail amusant, à prendre de l’assurance dans des domaines moins connus (caissière).

Au fur et à mesure, on m’a donné plus de responsabilités, on m’encourageait constamment à m’améliorer, à repousser mes limites, à prendre confiance en moi, tout en respectant mes capacités.

Merci encore à Karine, Jacques et Meggy ainsi qu’à tous ceux que j’ai côtoyés durant mon passage à la Friperie et me voilà présentement à l’emploi de l’usine de congélation de St‑Bruno à temps partiel.

Esther