PotDePeintureBoomerangPeinture recyclée, quelques statistiques ?

Histoire de la peinture récupérée au Québec

L’exemple Québécois est unique au moins pour deux raisons :

  • l’ampleur de la distribution en grande surface de la peinture recyclée Boomerang à travers tout le Canada
  • le pourcentage élevé de 99 % de matière recyclable dans la composition de la peinture Boomerang.

Cela est peu connu, mais la peinture recyclée ne se fabrique pas. La peinture est fabriquée une fois pour toute et ceci avant sa première mise en marché.

Pourquoi ?
Quatre ingrédients composent une peinture :

  • les pigments pour donner la couleur,
  • les liants pour maintenir entre eux les pigments,
  • les liquides pour donner la bonne viscosité,
  • les additifs pour protéger la peinture des micro-organismes.

Ces quatre ingrédients sont dans les peintures non utilisées et ramenées par les habitants au point de collecte. Comme tous les composants sont déjà présents, il n’y a rien à ajouter pour faire une peinture recyclée.

A cet instant, on prend conscience que plus les matières recyclables sont riches en pigments et en liants, plus la peinture recyclée est de qualité.

Produire une peinture recyclée demande tout de même de maîtriser un grand nombre d’étapes sur la filière.

Ces étapes sont la collecte des restants de peinture, le vidage de chaque pot avec un tri par couleur, la production par mélange de différents lots de matière recyclable, la filtration, le conditionnement en pots, la distribution en grande surface de bricolage afin que le consommateur puisse faire le choix parmi 16 couleurs d’une peinture recyclée à 99%.

Mais quel est le bilan matière du recyclage des peintures ?

Les restants de peinture se composent de 60% de peinture recyclable, les 40 % restants se répartissent entre les emballages et les déchets non recyclables.